Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Adrénaline Addict

Adrénaline Addict

Le Blog de Bruno, copilote de Rallye, #Blogueur multipolaire #Epicurien #Expatrié, #Adrénaline Addict, #Photographe compulsif et #Médiavore. De l'humeur, des infos, des réactions, de l'action mais surtout du Rallye, beaucoup de Rallye !!!


Rallye du Bandama 2012, l'âme des Guerriers !!

Publié par le Copilote Masqué sur 13 Janvier 2013, 19:15pm

Catégories : #Rallye : Championnat d'Afrique

Cardabelles-4381.jpg

 

Je sais, vous allez me dire, vu le titre, on s'attendait à voir une Subaru rugissante ou une Evo Bondissante au coeur de la brousse, déchirant la quiétude de la savane ou ravageant les berges d'un gué, oui, c'est vrai, on a aussi (beaucoup) vu ça au cours du week-end !! Oui mais voilà et nos héros podiumés (et parfois on se demande même s'ils ne sont pas aussi un peu opiumés) ne me démentiront pas, nos vrais héros sont aussi là, dans des voitures loin des flambantes GrN & GrA, avec des moyens loins des sponsors "gold" du plateau, mais avec une vista, une combativité, un courage et une humilité qui forcent le respect, oui, nos gladiateurs sont là, leur arêne est constituée de ces villages parfois rencontrés sur le parcours, leurs vivas proviennent de ces populations enflammées et passionnées au bord des pistes qui arrivent à force de hourras à couvrir le feulement du Flat Six d'une N12 ou le Bang d'une Evo 9, ils représentent pleinement l'âme et l'esprit du Bandama, cette terre est leur, ils sont la relève quasi mystique en train de parachever son dur apprentissage du métier de Rallymen, ces rookies auxquels le Bandama s’adresse aussi, un feu sacré qui s’acquiert et vous donne cette vision, cette anticipation, ce placement, cette rage, cette combativité, ce courage et cette humilité qui ont, ce week-end là amené Soumaoro Moriféré & Garcia Philippe au sommet de leur domination, au bout de notre Everest à nous, au bout de ce Bandama qui vous nargue et vous défie, sûr de son fait, de sa force, à la fois source de peur et de fascination.

Alors, qu'il me soit donné le temps de vous saluer, vous tous, ceux là même qui au moment de sortir du parc prononcent à voix basse l'emblématique Morituri Te Salutan !! Certains qu'ils sont de ce qu'il faudra verser de sa sueur, de ses larmes, voire de son sang pour vaincre et finir un Bandama !!! Chapeau bas donc à Fredo & Jésus, Maxime & Jean-Claude (en photo ci-dessus), William & Andréa, Frédéric & Daniel, Abdoulaye & Moussa, vous n'avez, c'est vrai, pas encore inscrit votre nom sur la liste déjà mythique des vainqueurs du Bandama, mais vous avez déjà écrit quelques lignes de la longue Légende du Rallye de Côte d'Ivoire Bandama, j'en veux pour preuve cette image que ma rétine refuse d'effacer, d'oublier :

Nous sommes au soir de l'étape 1b, samedi, il est environ 17h et alors qu'Alain (NDLR : Ambrosino) se contorsionne à essayer de faire une photo (PS : tu as remarqué elle n'a reçu aucun commentaire, pas même un petit j'aime ta photo, MDR !!), je vais garer mon 4x4 vers le parc fermé et tombe sur le copilote de l'équipage n°15 (Qui a abandonné lors de cette première étape), Fred Nobou - Jésus K. Jésus, prostré, bras croisés, le regard fixé sur le vide, je stoppe, descends et m'approche de jésus, le regard est las, perdu, la discussion s'enchaîne, le genre de banalités que l'on peut échanger au soir d'un abandon sur l'âpreté du sport automobile, son injustice parfois, le côté ludique du sport et que sais-je encore, Jésus hoche de la tête et dandine d'un pied sur l'autre et d'un coup, ...sa voix, catatonique, venue du plus profond de son corps avec toute cette misère, ce malheur que son corps dit, en proie aux pires tourments :

  Cardabelles-4507bis.jpg "...tu sais, ça fait mal, hein ? ...Et puis, tu sais, on a rien fait de mal en plus, non, rien de mal, ...tu vois on a rien fait de mal..."

Vieille réminiscence d'un Delecour en 1991 qui, lors d'un Monte Carlo fondateur pour lui et d'une nuit dans le Turini, pris le monde à témoin, en larmes en répétant "...j'ai pas tapé, j'ai pas tapé..." conscient qu'il venait de tout perdre alors que le paradis lui était promis... Moment de pure anthologie et de pure détresse, mais ce moment là, passé avec Jésus m'a fait resentir ce frisson de la compétition automobile qui vous transcende et vous emmène dans un monde parallèle où plus rien n'a de valeur que l'arrivée, le podium et la victoire !!!

Et là, voir mon Jésus dans cette détresse si profonde, persuadé d'avoir tout perdu, alors même qu'il n'y a rien à gagner, rien d'autre que le regard et la considération de ses pairs, rien de vital au point où sa vie serait en jeu, alors seulement j'ai su, que nous avions, tous, organisateurs, concurrents, partenaires et sponsors, atteint notre but : nous tenions notre Bandama, l'esprit même du Bandama habitait à cet instant Jésus et ce week-end allait nous le démontrer à plus d'une reprise.

Ils étaient là les dignes fils et filles de Côte d'Ivoire héritiers de la Légende, et ils allaient ressentir, dans ce long week-end incantatoire, une ferveur où l’on reconnaît en écho d’anciennes terreurs sacrées, oubliées depuis l’enfance, mais qui se manifestent encore lorsqu’une poussière rouge, soudain, s’élève au passage de bolides hurlants leurs tours minutes sous les accès rageurs de leurs pneumatiques striant la piste latéritique, quelque part au fond de la savane !... Les frissons quasi charnels que provoquent la magie indigène ou la description d’une ES, de plaines ou de montagnes, de points stop en départ de spéciale suffiraient à apporter la preuve de l’existence d’une âme attachée que dis-je ancrée à cette légende ; une vraie conscience ethnique Ivoirienne. L’âme du Bandama, l’âme de ses fils et filles, l’âme des guerriers !

Laissez moi donc au fil de ces quelques lignes vous conter la magie de ce Bandama 2012...

 

Nous sommes en 2012, en décembre 2012, vendredi 14 décembre 2012, Yamoussoukro, capitale administrative de la Côte d'Ivoire, résonne depuis les premières heures du matin de bruits plus au moins rauques et de déflagrations plus ou moins intenses, l'hôtel Président est une ruche en ébullition, on y croise des partenaires ou sponsors en train d'installer leur barnum, des assistances occupées à fignoler leur zone de travail, des équipages peaufinant les décos des voitures et des officiels et commissaires aux chasubles encore légers dans l'air sec du matin, nul doute, ce week-end, c'est Rallye !!!

 

Les vérifications techniques vont bon train et le paddock est l'occasion de croiser les uns et les autres et de voir les nouveautés techniques ou sportives, Sandy SOLOFONIRINA (Présidente du Collège des Commissaires) de la Fédération Malgache de Sport Automobile arbore son plus beau sourire, papillonnant d'un équipage à l'autre, Pelo Coppeti (Responsable Commissaires Techniques) est à la manoeuvre, la zone grouille, Richard Leeke (Observateur Officiel FIA) furête ça et là, son carnet de notes en effervescence et son sourire énigmatique à la Joconde vissé sous ses respectueuses moustaches, le shorty et les pompes flsahy en imposent ! Au détour d'un groupe l'on croise aussi Nino Zarour (Directeur de Course Adjoint) ou Patrick Namé (Chargé des Relations avec les Concurrents), un peu plus loin adossés contre leur Peugeot 207 aux couleurs Gt2i et LTB, Germain Bonnefis et Olivier Fournier récents Champions de France des Rallyes Terre 2012 sont venus sous l'impulsion de Richard thiery tâter de la latérite et découvrir le Bandama, l'équipage est l'objet de toutes les attentions et de toute la curiosité du plateau présent, et la tradition d'hospitalité Ivoirienne ne faillira pas à sa tradition, pour autant, comme dans tout paddock, on se jauge, on s'évalue, on s'inspecte sous toutes les coutures, le Bandama 2012 est bien né, l'ambiance est là, "l'affairage" Ivoirien a pris possession des lieux !

 

Vendredi 14 décembre 2012, Yamoussoukro, 18h30, Hôtel Président, le 38ème Rallye de Côte d'Ivoire Bandama est officiellement lancé par M. le Ministre des Sports, M. LOBOGNON et le drapeau s'élève sur le capot de l'Evo 9 de l'équipage Soumaoro Moriféré - Garcia Philippe frappée du n°1,les dés en sont jetés et ils vont ainsi, un à un tous

Cardabelles-4122bis.jpg

défiler sous les couleurs Ivoiriennes, direction la Fondation Félix Houphouët Boigny pour la SC1 qui sera courue de nuit

Cardabelles 4191bis

sur 2,2 kms de mix Terre/Asphalte, une épreuve en plein centre ville qui devrait attirer les foules et dont Germain Bonnefis dira, après en avoir terminé : "...superbement orchestrées, très émouvantes et la sécurité de la super-spéciale digne d’une épreuve mondiale..." Merci M. Bonnefis, ce ne seront certainement pas les 6.000 spectateurs recensés par les autorités qui vous démentiront !!

En attendant et dans la moiteur de la nuit Ivoirienne l'ambiance est bonne enfant, d'un côté des équipages survoltés et pressés d'en découdre, de l'autre des spectateurs impatients de voir leurs gladiateurs modernes en découdre, deux mondes se rencontrent :

Cardabelles-4161bis.jpg

Cardabelles-4235bis.jpg

 

Au jeu de la spéciale spectacle le podium des showmen patentés sera le suivant : équipage n°4, Ali Jaber et Jean-Charles Rousseau sur Mitsubishi Evo 7 en 03'06"

Cardabelles-4199bis.jpg

Comme à la parade, l'équipage n°3 Germain Bonnefis et Olivier Fournier sur Peugeot 207 RC en 3'05", un Germinator qui avouera, je cite : "...J’en ai rajouté un peu le soir de la super-spéciale, et cela a suffit à me porter au statut de héros local !..." un tout petit peu c'est vrai, l'asphalte de la Fondation garde encore les traces de la gomme brulée par la longue glisse qui fera s'enflammer la foule massée autour du parcours, Germain & Olivier venaient tout simplement d'être adoubés, dignes d'affronter ce Bandama, "...des garçons vrai, vrai, là !!!..." me hurlera dans les oreilles un jeune spectateur croisé entre un kangourou et un être humain si j'en juge par l'amplitude de ses bonds !!!

Cardabelles-4254bis.jpg

Et enfin, comme un poisson dans l'eau, notre showman fétiche, l'équipage n°2, Gary Chaynes et Romain Comas sur Mitsubishi Evo 9, sera le seul des 18 équipages sur la liste de départ à tomber en dessous des 3' avec un temps de 2'51", le ton est donné, Gary est lâché, le Bandama sera sien, il s'en est fait la promesse !!

Cardabelles-4261bis.jpg

 

Marc Molinié et Christian Tribout (Evo 7) sont 4èmes en 3'10", Cyril Bottari & Nicolas LeParlouer (Subaru Impreza Gt) 5èmes en 3'16", Pierrick & Loïc Artault (Evo V) 6èmes en 3'17", Kévin Ligonnet & David Israël (Evo 6) 7èmes en 3'21", Soumaoro Moriféré et Phikippe Garcia (Evo 9) 8èmes en 3'29" passent au travers complet, Gilles Pulvéric et Jimmy Cormenier (Peugeot 207 RC) 9èmes en 3'31" et seconds deux roues motrices, William & Andréa Farhat (Nissan Pulsar) 10èmes en 3'35", suivent les deux Toyota Corolla de Fred Nobou & Jésus K. Jésus en ainsi que Tino Abondio et Jean-Claude Richard en 3'37", l'Opel Kadett de Frédéric Gigault & Daniel Coulibaly ex-aequo avec la Subaru N12 de Fané Bakary et Moussa Fané en 3'37" également, suivis en 3'53" par les deux paires José Graziani & Benoît Chapalain (Peugeot 106) et Luigi Bottari & Philippe Oury (Citroën Xsara), déjà trois abandons, fondu au noir, retour au parc fermé et nuit de repos nécessaire pour attaquer les choses sérieuses le lendemain !!

 

Samedi matin, au programme 4 SC, SC2 N'Zéré 56,20 kms, SC3 Kossou 41,10 kms, SC4 Tounzuebo 13,05 kms et pour finir l'étape SC5 Lolobo 61,90 kms, pour un total y compris liaisons de 318,91 kms dans la journée, une grosse et longue journée en perspective qui devrait en épuiser plus d'un, la tension est palpable autour du parc, les choses sérieuses commencent et tout le monde a sa petite idée sur ce qui l'attend, mais le Bandama seul sait quels passe-droits il délivrera...

 

Et dès la première spéciale on rentre dans le vif du sujet, Soum & Phiphi avionnent le parcours en 29'01" ils sont partis en chasse de Gary et Romain et les deux Evo 9 crachent leur venin, seconds en 29'06"

Cardabelles-4308bis.jpg

Cardabelles-4310bis.jpg

Germain & olivier déchaînés prennent le troisième temps de l'Es en 33'25",suivis de Cyril & Nicolas (Subaru Impreza Gt) 4èmes qui mènent la meute en chasse de ce trio de tête, Ali & Jean-Charles (Evo 8), Marco & Christian (Evo 7), Gilles & Jimmy (Peugeot 207RC) seconds deux roues motrices, Kévin & David (Evo 6), William & Andréa (Nissan Pulsar), Tino & Jean-Claude (Toyota Corolla), Fané Bakary & Moussa (Subaru N12), Artault Pierrick & Loïc (Evo V) ainsi que Frédéric & Daniel (Opel Kadett), mais déjà l'énorme machine à broyer les espoirs les hommes et les machines qu'est le Bandama s'est mise en route et les premiers rêves brisés de la journée se croisent au bord de la spéciale, José Graziani & Benoît Chapalain (Peugeot 106) dès le 10ème kilomètre de l'ES ne verront pas le point stop, Luigi Bottari & Philippe Oury verront, eux, la schcoumoune frapper à nouveau et la Xsara, préparée pour l'occasion n'aura pas le loisir de jouer les trouble fêtes dans la Coupe deux roues motrices, l'attente durera de longues minutes avant que l'abandon soit confirmé, Isabelle anéantie à l'assistance n'en croyait rien, un Luigi croisé plusieurs dizaines de minutes plus tard qui relativisait très dignement (seule l'expérience peut vous donner cette sagesse et ce respect, chapeau bas M. le Président du R.C.A.A !!) son abandon et parlait de l'esprit du Bandama : "...bon, ben voilà, c'est comme ça, c'est la course, ...et puis tu sais c'est pas n'importe quel Rallye, c'est le Bandama donc forcément tout est possible..." Oui, Luigi, même le pire pour le coup. Mais Luigi positivait malgré tout et confiait jeter pour le reste du week-end toutes ses forces dans le soutien et l'assitance à Cyril & Nicolas sur l'Impreza Gt, certain que ces derniers allaient tenter leur chance !

 

Et les évènements allaient lui donner raison puisque la Subaru signera le scratch de la très scénique SC3 qui surplombe une partie du lac de Kossou, 24'23",

 

la messe est dite et la meute des Evos fait grise mine, il y a bien longtemps en Championnat de Côte d'Ivoire qu'une Subaru n'a été à telle fête et ce n'est pas Pipo Breste justement présent sur cette ES en appui sécurité (F.I.V) qui me démentira, certain que de sacrés souvenirs te sont revenus en mémoire à cet instant l'ami !! Une chose est sûre, cette ES a déchaîné les appétits et tous se sont (consciemment ou pas) élancés à bride abbatue pour la quarantaine de kilomètres mais le Bandama veillait et les grosses désillusions allaient encore faire voler en éclat nombre de lendemains prévus riants !!

Ali Jaber & Jean-Charles Rousseau (Evo 8) seconds de l'ES font la nique (24'47") aux Evos 9 des deux challengers Soumaoro Moriféré & Garcia Philippe 3èmes en 25'37" qui continue sa remontée infernale (après sa contre performance de la veille au soir) sur le leader du Rallye, l'équipage Gary Chaynes - Romain Comas, 4èmes en 25'58", Fané Bakary & Moussa (Subaru N12) sont 5èmes en 26'54", William & Andréa Farhat (Nissan Pulsar) 6èmes en 28'05", Gilles Pulvéric & Jimmy Cormenier (Peugeot 207 RC), 1ers deux roues motrices, 7èmes en 28'32", Pierrick & Loïc Artault (Evo V) 8èmes en 29'22", Tino Abondio & Jean-Claude Richard (Toyota Corolla) 9èmes en 29'36" et enfin Frédéric Gigault & Daniel Coulibaly (Opel Kadett) 10èmes en 33'02" !

Nous sommes au bord de l'ES3 et alors que les derniers concurrents défilent, le premier coup de tonnerre de l'après-midi tombe, Kévin Ligonnet & David Israël (Evo 6) viennent d'abandonner, amortisseur arraché, les mines se serrent, nous ne le savons pas encore mais les nouvelles vont se succéder dans les minutes qui se suivent dans une sorte d'escalade à l'injustice, le Bandama décide, vous essayez de survivre, ne tentez pas de le dominer, il vous en cuirait...

David Israël qui mettra ensuite de longues minutes à m'envoyer ce déchirant sms quand on connaît les ambitions nourries par l'équipage sur cette épreuve : "...Amorto cassé à 7 kms fin SC3. On en a rêvé, on ne l'a pas fait. Mais qu'elle était belle cette SC, peut être même à en mourir ! Ciao..."    ...mes premières larmes du week-end...!

Une poignée de minutes plus tard, l'équipage Marc Molinié & Christain Tribout (Evo 7) nous est également annoncé abandon, Marco & Christian affûtés comme jamais, prêts, rodés et motivés à 200%, payent également leur tribut au Bandama !! à quelques centaines de mètres de là c'est l'équipage vedette de ce Bandama, Germain Bonnefis & Olivier Fournier, amortisseur cassé, espoirs envolés, l'équipage repartira pourtant le lendemain en voiture 0, histoire de quand même faire le plein de sensations et d'images avant que de rejoindre son Aveyron natal dans 48h !! Enfin, ce sont Fred Nobou et Jésus K. Jésus (Toyota Corolla) de compléter cette interminable litanie de sacrifiés à l'autel du Sport Mécanique Africain.

 

Et comme la cruauté est une notion qui échappe totalement aux Dieux qui régissent notre sport, dans la SC4 c'est au tour de l'équipage Cyril Bottari & Nicolas LeParlouer (Subaru Impreza Gt) qui venaient de signer le scratch dans la précédente de venir grossir la liste des laissés pour compte au bord des poussiéreuses pistes du Bandama, voiture blessée, ils sortent de l'ES avec le plus mauvais temps mais seront contraints à l'abandon avant de reprendre le départ de l'ES suivante, à l'assistance du Team Bottari Rally Sport c'est le coup de massue, après la Xsara, la Subaru vient de rendre les armes !

Soum & Phiphi déchaînés cravachent encore, scratch en 7'28", Gary & Romain suivent le rythme en 7'57", Ali & Jean-Charles sont 3èmes en 8'25", Gilles et Jimmy 4èmes en 9'02", Fané Bakary et Moussa 5èmes en 9'06", Pierrick & Loïc 6èmes en 9'11", Tino & Jean-Claude 7èmes en 9'33", Frédéric & Daniel 8èmes en 10'11" et enfin William & Andréa 9èmes en 10'35", déjà plus que 50% de l'effectif de départ encore en course. Soumaoro Moriféré & Garcia Philippe viennent de prendre la tête du rallye pour 17" sur Chaynes Gary et Comas Romain, l'ascendant psychologique au terme de la SC5 sera stratégique !!! Assistance pour tous pour attaquer donc le gros morceau de Rallye la SC5 Lolobo avec ses 61,90 kms et en finir avec cette étape 1 !

 

SC5, Soum & Phiphi vont sortir les 61,90 kms en un temps stratosphérique de 34'15", compétiteurs dans l'âmes, jamais plus dangereux que quand menacés, Soum avouera au terme du rallye n'avoir jamais pû relacher la pression au cours du rallye, certain que Gary continuait de pousser, une lutte jusqu'au dernier sang qui les a poussés à rouler à 110% sur toues les ES selon leur propre aveu, Gary & Romain sont juste derrière et chassent leurs vieux démons en esssayant de gérer leur dernière ES en allant pas y chercher un résultat, 35'42", le plus proche concurrent des deux avions de chasse sera Gilles & Jimmy, 3èmes en 42'53", à plus de 7 minutes du précédent !! Derrière on a géré et pour la première ES du rallye on ne notera aucun abandon ! Fané bakary & Moussa 4èmes en 43'40", William & Andréa Farhat 5èmes en 49'22", Pierrick & Loïc 6èmes en 49'30", Tino & Jean-Claude 7èmes en 1h08'40", Frédéric & Daniel 8èmes en 1h09'40" et enfin Ali & Jean-Charles qui passent au travers sur problème mécanique, 9èmes en 1h10'53", la journée s'achève enfin, le soleil se couche sur l'hôtel Président et la grande famille du rallye Ivoirien se retrouve dans le paddock d'assistance pour panser les plaies des vaincus, écouter les récits extraordinaires des rescapés et faire la genèse des affrontements en cours, moments privilégiés et magiques, de joie, de détresse, de communion fraternelle...

Cardabelles-4511bis.jpg

Cardabelles-4508bis.jpg

la joie non feinte de Tino Abondio

Cardabelles-4474bis.jpg

la détresse de David Israël

Cardabelles-4472bis.jpg

Soum en train de réconforter Olivier

 

Ici, le temps est comme suspendu, l'heure n'est plus à la fanfaronade ou au chambrage, on lit dans les yeux de tous un respect mutuel, chacun sait ce que l'autre a pu endurer, ce au travers de quoi il a du passer pour être là et peu importe le rang, la machine, le titre, l'enjeu, la bataille a été valeureuse et chacun a pu défendre sa chance, et alors que les mécanos donnent un dernier coup de collier, c'est le tour des officiels, sponsors, observateurs, partenaires, adversaires, spectateurs de faire le tour des tentes et de donner ou prendre un peu de cet amour, de ce réconfort qui ont si cruellement fait défaut tout au long d'une étape comme celle là, les yeux brillent, les corps se relâchent, les sourires s'esquissent, quelques dizaines de secondes séparent Soum de Gary, autant dire rien au regard du profil de l'étape 2 tant ces deux là sont prêts à ne rien lâcher, Gilles Pulvéric, Fané Bakary et Ali Jaber se battent encore pour le podium final, Tino est en embuscade pour la place de 1er deux roues motrices, Frédéric & William eux aussi à l'affût d'une opportunité maintiennent la pression, demain sera une grosse journée, le Bandama n'a pas encore délivré ses laissés passer et les places peuvent valoir ...très cher !!!

 

Dimanche 16 décembre 2012, Etape 2 du 38ème Rallye de Côte d'Ivoire - Bandama, 3 ES au programme, SC6 Akakro, 14,85kms, SC7 Angonda, 42,50 kms et enfin SC8 Attiegouakro 9,50 kms pour en finir avec le mythe de ce Bandama.

 

Malgré les kilométrages conséquents, malgré cet Harmattan omniprésent, malgré la bagarre, malgré la volonté d'en finir, cette seconde étape ne comptera aucun abandon, enfin aucun... ...à 100m près et cet abandon bouleversera le paddock et entretiendra un peu plus la Légende du Bandama et la gloire de ceux qui en triomphèrent...!!! Alea Jacta Est, c'est sûr, au moment de sortir du parc fermé au petit matin, les dés en étaient déjà jetés et l'histoire était en train de s'écrire sous nos yeux incrédules qui encore aujourd'hui ont du mal à y croire, mais c'est aussi ça la magie du Rallye Africain !!!

 

SC6, SC7, Gary Chaynes et Romain Comas, comme à la parade avionnent signant les deux scratchs et poussent Soumaoro Moriféré et Garcia Philippe dans leurs derniers retranchements, les virages se prennent flat out, les jumps se font Finlandais, les cordes se font millimétrées, les notes incisives, les mécaniques chauffent à blanc, tous ceux qui auront eu la chance de les voir rouler dans cette étape vous diront la magie de ce qu'ils ont vu ces hommes volants se livrer un duel d'une intensité si rare, qu'eux mêmes ont encore du mal à y croire. Au départ de la SC8 et de sa dizaine de kils Soum et Gary sont au départ dans un mouchoir de poche et vu le train imprimé depuis plus de 231 kilomètres de chrono, celui qui sortira entier de cet ultime affrontement sera le vainqueur !!!

 

SC8, 100m, ce sont 100m qui ont séparé l'Evo 9 de Gary Chaynes et Romain Comas de l'arrivée de l'ES, 100m pour une victoire ? sûrement, 100m pour un Bandama, probablement, 100m avant que le moteur de l'Evo ne rende l'âme, 100m et de l'autre côté 3'47" pour un ultime scratch à l'Evo 9 de Soumaoro Moriféré et garcia Philippe, un ultime scratch pour un Bandama qui fut, lui aussi une expérience ultime et à l'image de cette photo et même si la victoire est belle voici l'image que garderons la plupart d'entre nous de Gary et Romain ce week-end là :

Cardabelles-4416bis.jpg

 

Après, ils défileront tous, ceux qui, plus chanceux, achèveront ce Bandama devant l'équipage effondré auprès de sa voiture, et ce sont un Gary et un Romain en larmes qui feront les derniers kilomètres de liaison qui les séparaient du parc avec un véhicule de l'organisation, accueillis au point stop par l'ensemble du plateau et les concurrents déjà arrivés, la grande famille du Rallye Ivoirien fera à nouveau bloc autour de l'équipages et nombreuses seront les larmes qui couleront dans cette zone, pendant que le classement s'établissait et voyait la victoire de Soumaoro Moriféré et Garcia Philippe (evo 9) devant Gilles Pulvéric et Jimmy Cormenier (Peugeot 207 RC) premier deux roues motrices et Fané Bakary & Fané Moussa (Subaru N12) 3èmes, Pierrick Artault et Loïc Artault (Evo V) 4èmes, Ali Jaber et Jean-Charles Rousseau (Evo 8) 5èmes, Tino Abondio et Jean-Claude Richard (Toyota Corolla) 6èmes, Frédéric Gigault et Daniel Coulibaly (Opel Kadett) 7émes et alors que tout le monde s'affairait autour de la zone de pointage finale, un bruit incertain et strident fit pivoter nombre de têtes, et là, sous nos yeux ébahis un cortège composé de 4x4 de l'organisation en V précédait la Nissan Pulsar de William & Andréa Farhat (8èmes) suivie à distance par la voiture balai, une haie d'honneur pour le véhicule qui venait de parcourir près de 20 kilomètres sur 3 roues !!!

 

Voilà, la boucle était bouclée, le Bandama avait désigné ses vainqueurs, et l'ultime équipage écrivait avec sa sueur et son courage une page de plus dans la Légende du Bandama Bravo William & Andréa, il était là l'esprit du Bandama, aucuns de ceux qui prirent le départ ne démérita et le combat fût âpre, tous méritent le titre de Guerriers mais dieu que ce Rallye en aura fait couler des larmes de bonheur ou de désespoir !!!

 

Cardabelles 4578bis

 

La Cérémonie de remise des prix fut le moment de paroxysme de toute cette débauche d'émotion et là aussi il y eu rapidement entre la joie, le Champagne, l'émotion et la détresse beaucoup d'yeux très humides, Soum & Phiphi grands Champions qui invitèrent sur leur plus haute marche Germain Bonnefis et Olivier Fournier pour leur rendre hommage et un Gary encore bouleversé pour l'adouber et dire sa valeur et son talent, dire aussi à l'ensemble du plateau combien leur combativité et leur état d'esprit magnifiait leur victoire !!! mais au fond, après un Bandama, pouvait-il en être autrement ??!!!

 

 

Voilà, rendez-vous est désormais pris les 1er, 2 & 3 mars prochains pour le Rallye de Côte d'Ivoire Bandama qui fera alors l'ouverture du Championnat d'Afrique des Rallyes 2013, et vous, où serez vous ? Aurez vous ce petit supplément d'âme qui vous permettra de défier ces combattants ? ce petit supplément d'âme qui vous permettra de prendre le départ d"un Bandama et que l'on appelle l'âme des guerriers !!!...

 

 

 

 

full_art_africain_Cote_d_Ivoire___Burkina_faso_100411310.jpg

Commenter cet article

search here 05/11/2014 13:01

This is in the right sport that I enjoy the most in a lifetime. This is very clear and crisp the way that it is expressed in the article. This all about how the heart of the bush pumps the blood for the Subaru or Evo Cliffspring

Fredy Aka 13/02/2013 13:52


Bruno , ta façon  de rendre le récit c'est du balaise .Que du bonheur ce sport,!!! On remet les couverts pour très bientôt.

Signo Maurel 12/02/2013 23:50


salut j'espère que vous allez bien! J'aimerai savoir les conditions pour participer au rally bandama. Merci et portez vous bien surtout

ASSINIE 14/01/2013 14:40


*Comme d'hab... Magnifique article... Bravo Bruno ;o)

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents