Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Adrénaline Addict

Adrénaline Addict

Le Blog de Bruno, copilote de Rallye, #Blogueur multipolaire #Epicurien #Expatrié, #Adrénaline Addict, #Photographe compulsif et #Médiavore. De l'humeur, des infos, des réactions, de l'action mais surtout du Rallye, beaucoup de Rallye !!!


2ème Rallye des lagunes, on achève bien les chevaux...

Publié par le Copilote Masqué sur 14 Février 2009, 14:01pm

Catégories : #Rallye : Côte d'Ivoire

Avant de commencer ce récit, une petite précision, le compte rendu intégral de ce Rallye est à découvrir sur le blog de l'équipage Pagès Eric & Chantal (par ailleurs vainqueurs de cette épreuve, Bravo Eric et Chantal !!!) sur le Team Entre Potes, et c'est à découvrir en cliquant ICI avec moult photos et vidéos supplémentaires !!!
Ceci n'étant que mon récit, vu du baquet de droite de la VW Golf de Kévin Ligonnet !
Autre petit préambule, par rapport au titre cette fois-ci, à l'attention des âmes sensibles et autres sympathisants de la cause animale, aucun animal n'est maltraité dans ce Rallye, il ne s'agit bien évidemment que de chevaux mécaniques ! Le cheval vapeur qui est donc évoqué au fil de ces lignes n'est donc pas un plat à déguster dans une quelconque gargotte asiatique mais bel et bien l'unité de puissance si chère aux sports mécaniques et à notre égo de mâles !

En ce qui me concerne donc, le contrat sur ce Rallye était simple, copiloter Kévin et ramener à l'arrivée sa Golf et lui permettre ainsi de décrocher son premier titre de Champion de Côte d'Ivoire des Rallyes, catégorie deux roues motrices. Cet exercice ne m'est pas inconnu, puisqu'en 2005, déjà, j'étais revenu, en provenance de France pour venir copiloter Jean Louis Garçonnet lors de l'ultime épreuve de la saison et lui donner l'opportunité de remporter son 3ème titre de Champion de Côte d'Ivoire des Rallyes Overall, un contrat rempli avec en plus une victoire au général, de très bons souvenirs, je dois dire !

3 ans plus tard me voici dans à peu près la même situation donc, les dates changent peu, en 2005 c'était le 9, 10 et 11 décembre et en 2008 les 11, 12 & 13 décembre, pour le reste, ça change carrément du tout au tout, en 2005, l'Evo6, en 2008, la VW Golf I qui affiche fièrement 1972 sur sa carte grise, la doyenne de l'épreuve pour le coup, voiture qui appartenait au regretté père (JF Ligonnet) de mon pilote qui emmena plus d'une fois cette voiture sur des podiums, sacré challenge relevé par le fiston, pour le titre, une place dans les 5-6 overall suffit amplement à Kévin pour assurer son titre (à condition de ne pas finir au delà de la 3ème place en deux roues motrices), il faut donc ramener la voiture avant tout, là où Jean Louis avait besoin d'une victoire en 2005, enfin, le pilote, le rookie de la saison, première saison en Rallye et plus jeune compétiteur du plateau, là où en 2005, je rejoignais mon pilote attitré pendant plus de 3 ans et qui avait déjà deux titres derrière lui.

Ajoutez donc à ceci un copilote plus agé que la Golf et vous obtenez un équipage des plus atypiques et un challenge des plus passionnants !!!

Oh, bien sûr, nous ne prenons pas le départ en visant le scratch au général ou en spéciale, ce serait bien présomptueux et inconscient, d'autant que les Evos et les Impreza sont là et visent le festin final, l'orgie ! Non, le but est de jouer placé dans notre catégorie et de ne pas se laisser trop distancer pour pouvoir saisir la moindre opportunité au général, ramener la voiture avant tout et surtout prendre du plaisir !


C'est donc dans cet état d'esprit que nous nous retrouvons, Kévin et moi le jeudi 11 décembre à 21h00 sur le parking de Cap Sud, au sortir des vérifs et dans l'attente de l'appel du speaker pour se présenter sur le podium de départ et attaquer la première ES de ce Rallye, la Super Spéciale de Cap Sud. Nous portons le numéro 11, beaucoup de monde autour de la piste et dans le paddock, beaucoup de questions qui se télescopent dans la tête sur la fiabilité de la voiture, les pneumatiques, la météo et cette boule au ventre qui grossit, et le son, comme lointain qui vient par vagues, la sono, les spectateurs, les copains, les autres équipages, vite, en finir !

Le podium enfin, la sono, bien présente pour le coup, le speaker, les flashs de photographes, la rumeur sourde des spectateurs, tiens Alain Ambrosino qui se penche dans l'habitacle avec quelques mots d'encouragement, sympa, et puis direction l'arche Red Bull pour se mettre sous les ordres du starter.
10, 9, 8, 7, 6, 5, 4, 3, 2, 1 et Goooooooooooooooo !!!
1'32" plus tard nous bouclons cette première ES, le sourire revient, l'humeur est badine, l'estomac s'est fait oublier, enfin, nous y sommes, 9ème au général, 4ème de classe, 4" derrière la 106 GrA de José Graziani-Gérard Passat, 5" derrière l'Opel Kadett GrS de Michel Molinié-Ali Jaber et 7" derrière la Toyota Célica de Marc Molinié-Christian Tribout, contrat rempli, nous sommes au contact et dans le peloton, ça c'est fait !!


Vendredi 12 décembre, 9h00, départ en liaison pour Grand Bassam où nous prendrons la piste de Moossou qui, au bout de 3 spéciales (Moossou-Motobé, Motobé-Danguira et Danguira-Alépé), nous mènera au parc de regroupement d'Alépé.

10h36, départ ES2 et première grosse sensation pour nous au bout de 3 kilomètres, la Toyota Célica de Marc Molinié et Christian Tribout est partie en tonneaux, équipage indemne et voiture un peu secouée pour ce que nous pouvons voir au passage, Marc et Christian faisaient partie de nos favoris dans notre classe et nous ramènent à la dure réalité, le droit à l'erreur sera inexistant sur ce Rallye !!

 

Nous bouclons l'ES2 (16 kms) en 10'03", 8èmes au général, 3èmes deux roues motrices, 52" derrière José graziani-Gérard Passat et une minute toute ronde derrière Michel Molinié-Ali Jaber, ES3 (11,40 kms), 9èmes en 8'17", les grandes lignes droites de Motobé Plantation nous sont fatales et les autres deux roues plus puissantes nous collent des valises, nous sommes 4èmes de classe, 1'10" derrière la 106 de José et Gérard, 1'07" derrière la Kadett de Michel et Ali et 7" derrière Marco et Christian qui sont repartis le couteau entre les dents après leur passage sur le toit !!!


ES4 (10,10 kms), vallonnée, sinueuse, technique, c'est là que nous devons essayer de tirer notre épingle du jeu et ça marche, 7èmes au général, 7'54", second en quatres roues, 21" derrière Michel et Ali, nous reprenons 7" à José et Gérard, Marc et Christian sombrent, problèmes électriques consécutifs à leur sortie dans la une, ils pointent 6'33" derrière nous (la course s'arrêtera au parc pour eux, malheureusement), le parc de regroupement d'Alépé arrive et nous avons la certitude d'avoir bien bossé, le Rallye ne fait que commencer, ambiance bonne à bord, faim, soif, tous les sens jusque là en apnée, se réveillent à l'orée du regroupement, c'est bon !!!   

Après le regroupement, l'assistance et le refueling nous voici repartis pour le second tiers de cette 1ère étape, et la superbe ES5 (19 kms) qui nous mène de Memni à Danguira, roulante (un peu trop pour nous ?), pas mal de jumps et assez sinueuse, un morceau de choix de cette édition 2008, nous sommes alors 7èmes au général, 7èmes au scratch et second de classe, 1'52" derrière José et Gérard, nouvelle sensation, Michel et Ali connaissent des problèmes mécaniques (l'Opel repartira néanmoins, mais loin, trop loin...), nous les passons dans l'ES, ne pas se déconcentrer, garder le rythme des notes, nouveau regroupement, nous arrivons à Danguira.

Le regroupement de Danguira restera un des moments forts de ce Rallye, un orage tropical viendra nous cueillir et durant plus d'une heure se seront des trombes d'eau qui s'abbatront sur le coin, nous sommes agglutinés, humides et transis sous de petites paillotes et chacun essaye de faire un trait d'humour, histoire, une, de conjurer le sort qui fait que les Gaulois ont toujours eu peur que le ciel leur tombe sur la tête et, deux, de masquer l'angoisse sourde qui commence à poindre dans tous les esprits pour savoir dans quel état sera l'ES6 (16,10 kms), pour nous c'est sûr ce sera un calvaire, d'autant que le passage des 4 roues motrices devant transformera le moindre bas-fond en bourbier et la moindre ornière en rail boueux et traître, ne parlons même pas de puissance, ce sera de la survie, les dieux sont contre nous !

Une heure et demie plus tard nous voici de retour sur la piste, sous une pluie battante, nous finissons la spéciale au bord de l'asphixie tellement chaque mare a été une angoisse à anticiper et la visibilité une notion abstraite, 3èmes de classe et 8èmes au général, à 1'14" de Michel et Ali repartis comme des diables après avoir réparé, et 2'05" derrière José et Gérard, puis liaison et nouveau parc de regroupement à Alépé, Michel et Ali connaissent un nouveau problème technique sur la liaison, cette fois-ci, c'est l'abandon, un nouveau challenger quitte le plateau, désormais 7èmes du général et seconds de classe, 5'22" derrière José et Gérard, ils seront difficiles à remonter, à moins que...
A moins que l'ES7 et 8 à venir et qui se disputeront de nuit ne nous soient favorables, sinueuses, très techniques et nos notes sont particulièrement léchées sur le coup, il y a quelque chose à jouer. Nouveau parc de regroupement à Alépé donc, on attend la nuit et l'orage continue de noyer la région, ça promet de belles figures dans les deux ES qui nous permettront de redescendre vers Bonoua et la fin d'étape à Grand Bassam !

18h00, départ d'Alépé pour les leaders, la pluie a cessée, la nuit est noir d'encre, les crapauds et autres animaux nocturnes se lancent dans un concert, il commence à faire frais, c'est le moment de ne pas faire de boulette, plus que deux ES et enfin un lit douillet et un vrai repas. ES7, (16,65 kms), bonnes sensations, la voiture tourne comme une horloge, la nuit est magique en Rallye, las, nous apprenons au pointage arrivée que l'ES est neutralisée, temps forfaitaire, un coup pour rien !!! rageant !! ES8 (6,30 kms), neutralisée elle aussi mais le temps imparti est court, pas le temps de s'endormir, nous roulons aux notes, km 4,75, nos phares accrochent une silouhette au milieu de la piste, c'est José, Gérard et lui se sont égarés et leurs notes sont trop imprécises, ils nous raccrochent le train, une chappe de plomb s'abat sur notre voiture, nous venons de comprendre instantanément que avons perdu notre lutte contre la 106 sur cette ES, si elle n'avait pas été neutralisée nous passions José et Gérard et prenions ce soir le leadership des deux roues motrices, las, c'est la course, allez, haut les coeurs et retour à la civilisation et l'assistance, l'occasion de revoir les copains et les leaders et de se raconter nos journées, le parc fermé et enfin un repas, une douche et un lit !!!
Nous terminons l'étape 7èmes du général, second de classe à 3'52" de José et Gérard, au cumul avec la super spéciale de vendredi l'écart est de 4'56" avec la 106 !

Samedi matin, 10h03, c'est parti pour l'ES9 qui nous mènera de pont de Moossou à Assinie, au bout de 25 kms de spéciale, nous redoutons l'eau et pourtant elle ne sera que peu gênante, la spéciale est très roulante, nous espérons mieux nous en sortir dans la suivante, plus sinueuse, 7èmes, à 1'36" de José et Gérard, ES10, Sélectima, Bonoua, nouvelle grosse sensation la Subaru Impreza de Cyril Bottari et Nicolas Leparlouer est posée sur un virage droite, ils travaillent sur une biellette tordue apparemment,

nous pointons 6èmes au scratch, à 1'42" de José et Gérard, assistance à Bonoua, un peu de repos, il fait chaud, les spéciales à venir sont soit ensablées soit pleines d'herbe, la voiture va chauffer, c'est sûr, il faut penser à la ménager quand c'est possible mais les temps impartis en liaison laissent peu d'opportunité en la matière !

ES11 (5,50 kms), 6'49", très herbeuse et ensablée du début à la fin, 6èmes et seconds de classe à 38" de José et Gérard, ES12 (14,90 kms), 17'31", 6èmes et seconds de classe à 1'55" de la 106, assistance, refueling et regroupement à Adiaké, au bout du monde, chaleur écrasante, pas de solutions en vue pour passer José, ne rien lâcher !

 

Dernière section du Rallye, plus que 4 ES et ce sera enfin l'arrivée, le moral est haut, la voiture a l'air de tourner rond, les pneumatiques tiennnent le coup, ça va aller ! seule ombre au tableau, la Subaru Impreza de Cyril et Nico qui repartira 3 minutes derrière nous lors des prochaines spéciales, pas évident si pour une raison ou une autre le diable se retrouvait dans notre poussière, nous en discutons avec Cyril et regardons dans nos notes les endroits propices à un dépassement.

ES13 (17 kms), nous passons José dans la spéciale et terminons 5èmes au scratch en 15'09", 3'17" devant la 106, tiendrions nous le bon bout ?, ES14 (11,10 kms), 15'12", 6èmes, 1'21" derrière José, trop lents, pas assez de reprise !

ES15 (8,90 kms), avant dernière spéciale du Rallye, nous attaquons, ça sent l'écurie, nous passons José au milieu de la spéciale, toujours en délicatesse avec ses notes, puis sur l'arrivée énorme sensation, nous doublons nos compagnons d'écurie, Soumaoro Moriféré-Garcia Philippe, la boîte de transfert de l'Evo7 vient de les lâcher, ils abandonnent quelques minutes plus tard !

Nous sortons de l'ES avec le 4ème temps, 4'51" devant José, cette fois-ci nous en sommes sûrs, il suffit d'assurer cette dernière ES et la tête de la classe est pour nous, l'euphorie de fin de Rallye commence à nous gagner !

Nous prenons la liaison et au bout de quelques kilomètres la voiture commence à hoqueter, pire, elle câle dans une montée, nous nous rangeons sur le côté et tentons de redémarrer, rien n'y fait, l'alternateur nous joue des tours et nous mettrons de longues minutes à pouvoir réparer, passant par toutes les émotions et sentiments, la 106 passe, la Subaru Impreza de Cyril et Nico aussi, les minutes PASSENT !!!
Nous repartons finalement mais tard, très tard, résultat au CH avant ES nous prenons ma première pénalité du Rallye (et depuis un bout de temps d'ailleurs !), 4'30", la rage nous gagne, nous attaquons cette ES16 (18,90 kms) avec la rage au ventre, tout ça pour ça, impossible, nous sortons de l'ES 20'19" plus tard, cassante à souhait, aucun plaisir, vraiment pas un bon souvenir, nous sommes à 1'50" de la 106...

Viennent les 27,20 kms de liaison avant l'arrivée à Assinie Mafia, peu après le carrefour d'Assinie, la Golf commence à brouter, nous perdons un rapport, puis deux, le moteurs perd graduellement des tours et de la puissance, Kévin essaye de garder le pied léger pour ne pas la faire hoqueter, nous tombons au fil des kilomètres à 50 puis 40 km/h, le moteur est en train de nous lâcher, ne pas serrer, rester souple, arriver !!!
Sans conteste, ces 16 kms là auront été les plus longs de ma carrière de Copi, nous avons, prié, incanté, supplié, gémit, insulté et finalement espéré qu'elle nous mène au bout.

La Golf a finalement rendu l'âme à 100m de l'arche Red Bull, elle a terminé sur son élan, les quelques chevaux qui lui restaient se sont éteints lorsque le moteur s'est définitvement serré et nous avons alors su que nous l'avions achevée...!!!

Nous avons terminé ce Rallye à la 5ème place, en 3h28'35", seconds de classe derrière José et Gérard qui l'emportent en deux roues motrices en 3h24'35", 4 minutes nous séparent, ces fichues 4'30" de pénalité sur l'avant dernier CH nous coûtent cette place tant convoitée, Kévin se consolera avec son titre de Champion de Côte d'Ivoire des Rallyes deux roues motrices 2008 avec 108 points, José est vice Champion avec 100 points et Luigi Bottari, forfait sur ce Rallye, abandonne sa couronne 2007 (avec 78 points) au Rookie de l'année !!! 
 

Quel plus bel hommage pouvions nous rendre à JF Ligonnet que de permettre à son fils de perpétuer la tradition Rallystique de la famille avec la voiture originelle et de si belle manière, un final en apothéose avec une voiture qui mérite amplement son repos au musée et je suis sûr que JF, là haut, s'est régalé ce week end là de nos travers et autres glissades, nous en tous cas, il nous a tiré quelques larmes à l'arrivée et cette foutue voiture nous a fait monter au 7ème ciel, certainement prêt, tout prêt de JF, Abidjan, je me souviens...



 

Commenter cet article

ALI LOEB CHAMPION ET COPILOTE ET PRESIDENT 20/02/2009 10:28

BRAVO, BRAVO, BRAVO...le 1er à Kevin et Bruno pour la belle course effectué, le 2eme pour la Fabuleuse GOLF 1972 et le 3eme pour cet article qui nous fait vivre votre histoire comme si nous y étions et avec l'émotion ressenti... 

S@t 16/02/2009 08:29

Hééé la golf ! ! !

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents