Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Adrénaline Addict

Adrénaline Addict

Le Blog de Bruno, copilote de Rallye, #Blogueur multipolaire #Epicurien #Expatrié, #Adrénaline Addict, #Photographe compulsif et #Médiavore. De l'humeur, des infos, des réactions, de l'action mais surtout du Rallye, beaucoup de Rallye !!!


Rallye d'Assinie 2008 : 7, bleu, impair et gagne !!!

Publié par le Copilote Masqué sur 4 Juin 2008, 07:40am

Catégories : #Rallye : Côte d'Ivoire


Samedi 31 mai, 8h00 du matin, alors que le parc fermé était clos et que les équipages se retrouvaient tous pour échanger leurs dernières réflexions et angoisses avant la course, ils étaient certainement nombreux à rêver de victoire sur ce 26ème ASACCI, Rallye d'Assinie, et chacun de décortiquer dans sa tête la tactique à venir et celle de ses adversaires. Une fois de plus, la latérite, l'eau, la fatigue et la mécanique allaient jouer sur le résultat. Une fois de plus, il allait falloir être joueur pour sortir à l'avance le podium...

Oh, bien sûr, la veille, l'élimination lors du shakedown sur casse mécanique de Loïc Malherbes et Jean Luc Roynet (Peugeot 309 4x4 GrS) avait marqué pas mal d'esprits, comment en effet, ne pas être choqué par l'élimination express de l'équipage quand on connaît le soin et la méticulosité mise dans la préparation, et du coup, cela vous ramène aux réalités du sport mécanique, alors on cogite autour de ce parc et l'on essaye de trouver des signes annonciateurs d'une quelconque réussite. 8h30, avec le départ du premier véhicule (équipage Pagès - Pagès - Mitsubishi Lancer Evo6 - GrN), le temps n'est plus à la réflexion mais à l'action et l'action elle commence dès l'ES1 Mondoukou-Assinie avec ses 27,3 kms. Eric et Chantal Pagès passent dans cette spéciale le couteau entre les dents, Eric n'en fait pas un mystère, il veut aller chercher la victoire sur ce Rallye, d'autant plus qu'il a râté la première manche du Championnat à Gagnoa; surprise (?), alors que les véhicules sont lâchés de 3min en 3min, l'équipage suivant à s'élancer (Soumaoro Moriféré et Garcia Philippe) passe devant notre chrono intermédiaire avec seulement 2'10" de retard sur Eric, et croyez moi, c'est un avion de chasse qui déboule alors, l'Evo7 (GrN) n'est plus que sifflement et nuage de poussière, le ton est donné, la victoire sera âprement disputée !!! Derrière passe ensuite Gilles Pulvéric (Mitsubishi Lancer Evo6) qui assure clairement le train en laissant les deux binômes s'entre-déchirer. A cet instant, la seule inquiétude vient de l'équipage Pascal Brossier - Henry Estievenart (Mitsubishi Lancer Evo6 - GrS) qui tarde à apparaître sur la piste, la réponse arrive quelques longues minutes plus tard, nuage de fumée bleue derrière la voiture, équipage au ralenti qui rejoint la sortie de spéciale pour pouvoir tenter de dépanner...

Cette ES1, sera finalement remportée par Soumaoro Moriféré et Garcia Philippe en 17'51", Pagès Eric & Chantal suivent logiquement en 19'33" et Pipo Breste et Marie Dufils (Subaru Impreza GT GrN) réalisent le 3ème temps en 21'58"... Derrière la résistance s'organise, Cyril Bottari et Nicolas Leparlouer (Mistubishi Galant VR4 - GrS) ne lâchent rien, pas plus de Nabil Hariri et Kouame Koffi (Subaru Impreza - GrA), Fofana Sindou et Soumaila Sylla (Mitsubishi Galant VR4 - GrS) suivent tant bien que mal le rythme. Du côté des deux roues motrices, le premier fait de course est à imputer à l'équipage Mariam Koné et Jean Pierre Glouin (Peugeot 205 Gti - GrS) puisqu'ils sont contraints à l'abandon après un accrochage sur le routier qui les mène au départ de l'ES1. Michel Molinié et Ali Jaber (Opel Kadett GrS) affichent clairement leurs ambitions, décrocher la victoire en deux roues motrices, mais ils ne sont bien évidemment pas les seuls puisque Patrick Namé & Hervé Raynal (Peugeot 206 GrA) ou encore Luigi Bottari - Arnaud Estievenart (Citroën Xsara GrN) n'entendent pas passer à côté de ce résultat, enfin, last but not least, Kevin Ligonnet et Loïc Furquand ont bien (VW Golf Gti GrS) l'intention de tenter crânement leur chance, et si ?... A noter l'abandon, à l'issue de cette première spéciale de l'équipage Vitellaro Philippe et Christophe Foe (Peugeot 205 Gti GrS) sur bris de boîte.

S'enchaînent ensuite très rapidement l'ES2 (12,95 kms) scratch Pagès Eric en 12'41", l'ES3 (16,2 kms) scratch Eric Pagès en 10'07" et l'ES4 (20,7 kms) scratch Gilles Pulvéric en 16'54", avant de rejoindre, enfin, le parc d'assistance. Et là, première grosse sensation, Eric Pagès premier à pointer à l'entrée au parc d'assistance se plaint d'une perte importante de puissance, il ne le sait pas encore, mais au fil des tours il devra subir cet état de fait et finir le Rallye dans ces conditions. Deuxième surprise, l'Evo6 de Gilles Pulvéric et Asta Cissé ratatouille et semble tourner avec un cylindre en moins, Gilles vient de réaliser son seul et unique scratch du Rallye, il passera son temps à se battre autant contre sa voiture que contre le chrono... Pipo Breste et Marie Dufils n'ont pas l'air de connaître de problèmes pour l'instant, tout comme Cyril Bottari et Nicolas Leparlouer; par contre, pour Soumaoro Moriféré et Garcia Philippe, la chanson est tout autre, ils viennent d'arracher la biellette avant gauche dans un choc avec un cocotier couché, ils passeront plus de 25 minutes à dépanner et rejoindre l'assistance, loin, bien loin des leaders... Pascal Brossier et Henry Estievenart perdront, eux aussi, beaucoup de temps à dépanner le problème de l'ES1 et feront aussi le plein de pénalités !! En deux roues, tout le monde est au RDV, Luigi Bottari se plaignant simplement de micro coupures sur la pompe à essence de sa Xsara, l'inoxydable Kévin (Ligonnet) est là et semble prendre son pied !!

Lors de la deuxième boucle, Soumaoro Moriféré et Garcia Philippe repartent pour une chevauchée infernale, avalant les 3 scratchs de la section en améliorant les temps du premier tour de 55" en moyenne, déchaînés, les autres Evos ne sont toujours pas à la fête puisque les ennuis de Pagès perdurent, Pulvéric "ratatouille" et Brossier n'arrive pas à recoller au train, Nabil Hariri et Fofana Sindou suivent à distance. Les deux seuls à tirer leur épingle du jeu sont Pipo Breste et Cyril Bottari, qui, au terme de cette seconde boucle sont respectivement seconds et troisièmes !!! En deux roues, Luigi Bottari se bat toujours avec sa pompe à essence, Patrick Namé en profite pour se placer, Michel Molinié se bat pour la tête de la catégorie, devant Kévin l'inoxydable Ligonnet !!!

Troisième boucle et les scratchs pour Soum et Phiphi, améliorant encore les temps de passage de 23" en moyenne, ahurissant !!!, Gilles Pulvéric se pose sur un bourbier de longues minutes et hypothèque un peu plus ses chances pour la victoire au général, Pascal Brossier et Eric Pagès essayent tous les deux de maintenir leur rythme pour tout du moins conserver leur place, Breste et Bottari (Cyril) assurent leur position pour l'instant sur le podium virtuel en passant respectivement 1er et second, Pagès est 3ème... En deux roues c'est le statu quo.

Quatrième et avant dernière section, Soum arrache à nouveau tous les scratchs en les tombant en moyenne de 7", Cyril Bottari perd toute chance de podium en perdant définitivement les freins dans l'ES12, abandon de la Galant VR4, tout comme celle de Fofana Sindou, Nabil Hariri (Subaru Impreza), lui aussi abandonne sur panne de pompe à essence, les positions en quatre roues motrices semblent se figer, Pipo Breste en tête, Eric Pagès second et Gilles Pulvéric troisième, Pascal Brossier 4ème et Soumaoro Moriféré qui continue sa reconquête des longues minutes perdues dans la première section, encore dangeureux pour la 4ème & 3ème places finales... En deux roues c'est l'hécatombe, Luigi Bottari se bat toujours avec sa pompe à essence et perd toute chance de revenir en tête, Michel Molinié détruit son train avant et abandonne, Patrick Namé est toujours à l'attaque, suivi de près par Kévin Ligonnet !

Cinquième et dernière section, Soum décroche les deux premiers scratchs en doublant Pipo Breste posé dans un bourbier dans l'ES15, certain que celui-ci est en train de perdre là le Rallye qui lui semblait promis depuis quelques ES, dans la même spéciale, Patrick Namé part en tonneaux avec la 206 et rejoindra tout de même le parc longtemps après les autres, abandon de facto... ES16, tout ce que le parc compte de spectateurs est logé dans le dernier virage, Eric Pagès passe le premier, Pascal Brossier suit, Gilles Pulvéric arrive à son tour, quid de Pipo Breste ? il passera quelques longues minutes après, finalement sorti du piège dans lequel il était entré dans l'ES précédente et signe un superbe scratch dans cette dernière, la rage au ventre !!! Soumaoro Moriféré et Garcia Philippe, arrivent, eux, dans un fracas de tôles arrachées, roue avant droite crevée, ils sont sur la jante et mènent l'Evo comme si de rien était, ils s'arrêteront sur le routier pour changer la roue et redresser un peu la tôle :



Du coup, Dino fait la gueule (JC si tu nous lis, ce Dino là a parcouru 16,2 kms de spéciale en sa faisant maltraiter par un pneumatique Bridgestone, désolé !!!...).

Samedi 31 mai, 8h00 du matin, alors que le parc fermé était clos et que les équipages se retrouvaient tous pour échanger leurs dernières réflexions et angoisses avant la course, ils étaient certainement nombreux à rêver de victoire sur ce 26ème ASACCI, Rallye d'Assinie, et chacun de décortiquer dans sa tête la tactique à venir et celle de ses adversaires. Une fois de plus, la latérite, l'eau, la fatigue et la mécanique allaient jouer sur le résultat. Une fois de plus, il allait falloir être joueur pour sortir à l'avance le podium... Et au final, c'est le numéro 7, l'équipage Pipo Breste - Marie Dufils (Subaru Impreza GT GrN) qui l'emporte en 4h03'12", Eric et Chantal Pagès (Mitsubishi Lancer Evo6 - GrN) sont seconds en 4h22'36", Gilles pulvéric et Cissé Asta (Mitsubishi Lancer Evo6 - GrN) complètent ce podium avec un temps de 4h26'35", Pascal Brossier et Henry Estievenart (Mitsubishi Lancer Evo6 - GrS) finissent quatrièmes en 4h33'55", Kévin Ligonnet et Loïc Furquand (VW Golf Gti GrS) créent la sensation en remportant la 5ème place overall et première deux roues motrices en 4h40'24" !!!! L'équipage Soumaoro Moriféré et Garcia Philippe (Mitsubishi Lancer Evo7 - GrN) ne peuvent malgré leur fantastique remontée faire mieux que 6 avec 4h42'57", enfin, Luigi Bottari et Arnaud Estievenart ferment le ban avec la 7ème position en 5h12'35" !!!

Un grand coup de chapeau à l'équipage Breste - Dufils qui signe là sa première victoire en Rallye après une course intelligente et raisonnée, la Sub a détrôné les Evos en leur royaume, qu'il en soit ainsi !! Un énorme coup de chapeau à Ligonnet - Furquand qui réalisent l'exploit de ce rallye, le jeune Jedi deviendra grand, une mention spéciale à Cyril Bottari et Nicolas Leparlouer qui ont démontré qu'avec une voiture qui marche ils pouvaient s'inviter au banquet sans rougir, loin de là, ainsi qu'à Gilles Pulvéric et Cissé Asta qui tapent un podium pour leur première collaboration et le grand retour de Gilles après plus de 7 années sabbatiques !!!

Décidément, en tous cas, ce week end, il fallait aimer la roulette pour sortir le podium et c'est donc finalement le 7, bleu, impair qui gagne !!!!

NB : toutes les photos seront à retrouver sur le site de l'ASACCI !!!



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Pïp 07/06/2008 02:15

Y à rien les gars , le 7, Bleu, étoiles détonne et la Copi qui va avec aussi , je suis d'accord avec loic, on change pas une équipe qui gagne !!!!Les petits diamants disent quoi??? Phiphi t'es beau en SUB!!Le bleu te vas mieux que le "ver"

Marie 06/06/2008 21:30

Ah bon ?!

fullgaz 06/06/2008 21:14

Elle est " JAUNE" !!!!

Got 06/06/2008 19:06

La mafia Savoisienne a pris connaissance du "ver"Au cas où il passerait par ici.Mais la Bintje doit rester vigilante !(Dans le Nord, il y a plus de pommes de terre que de pommes)

La Golf 06/06/2008 18:52

Comment pouvez-vous penser une seule seconde que mon pilote m'échangera un jour ?Nous 2, on est à l'attaque grave, pas besoin de chevaux pour faire des temps. On n'est pas un équipage de ligne droite, on attaque partout.Il me pilote tellement bien que JAMAIS je n'accepterais qu'un autre soit à mon volant, je pourrais plus glisser et être en appel contre appel comme aujourd'hui !Pour la Subaru, je pense que cette pauvre GT a été toute intimidée de voir une si grosse coupe prendre la place de Marie pour rentrer à la maison. Elle en a perdu ses moyens.Moi quoi qu'il en soit, je démarre toujours et ce week-end, j'ai même taper une Evo verte. A vouloir être couleur cocotier, elle a fini par s'en prendre un !!!

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents